« Une chanson douce, que me chantait ma maman… »

En novembre dernier, Leïla Slimani décrochait le prix Goncourt pour son roman Chanson douce. Et pour la première fois, j’ai eu envie de lire un prix Goncourt, et une chose est sûre c’est que…

… Je ne le regrette absolument pas ! Admirez le suspens.

Jusqu’à présent, je n’avais encore jamais lu un seul prix Goncourt. Tout simplement parce qu’en général, ce n’est absolument pas le genre de lecture qui me plaît ou qui m’attire. J’avais certainement quelques préjugés sur ces livres, et au vu des commentaires de certains de mes proches en ayant lus, ils se sont confirmés. Non, les Goncourt ce n’était pas pour moi !

Et pourtant, en novembre dernier le prix est décerné à Leïla Slimani pour son roman Chanson douce. Alors à première vue, il n’a pas de quoi faire exception à la règle. Moi qui fonctionne beaucoup aux couvertures, celle de Leïla Slimani ne risque pas de m’attirer puisque le livre est sorti dans la collection Blanche de Gallimard, à savoir que toutes les couvertures sont absolument identiques et blanches. Ce n’est donc pas ça qui m’a fait choisir ce roman.

Néanmoins, dès l’annonce du Goncourt, j’ai entendu beaucoup de bien de ce roman. Et notamment certains de mes proches qui me l’ont fortement conseillé alors que eux même n’avaient pas forcément l’habitude de lire des Goncourt. De quoi attirer mon attention. D’autant que tous les avis que j’ai pu voir jusque-là étaient tous positifs. Même si j’avais une petite appréhension, vu les avis concernant ma lecture précédente, dont vous pouvez retrouver ma chronique ici, et ma déception.

Une amie m’a dit « Quand on l’a commencé, on ne peut plus le lâcher », j’étais sceptique et pourtant, c’est bel et bien le cas. La preuve, je l’ai commencé le dimanche soir et terminé le lundi matin. Tout simplement parce que oui, cette lecture est addictive.

L’histoire, si vous ne la connaissez pas, est celle d’un couple Myriam et Paul, et de leurs deux enfants, Milla et Adam. Myriam qui ne supporte plus de rester à la maison, décide de reprendre le travail. Au départ, il est vrai que le personnage de Myriam, qui est avocate m’a un peu rappelé celui d’Alexia, dans Action ou Vérité, bien qu’Alexia, elle, n’ait pas d’enfants. Toutes les deux partagent leur amour du droit et de leur métier. Le couple décide d’engager une nounou et c’est alors que Louise, entre dans leur vie. Au final, une histoire tout ce qu’il y a de plus banale, mais c’est loin d’être le cas.

Et on le remarque dès le départ. Avec l’arrivée de Louise, la nounou, le drame survient. Un drame que l’on apprend directement dès le commencement de l’histoire mais que je ne révélerai pas ici si toutefois vous ne l’avez pas encore lu parce que ce serait dommage de vous gâcher le plaisir de ce premier chapitre. Les choses sont directement posées dans ce premier chapitre, et c’est aussi ça qui nous donne envie de savoir et de poursuivre notre lecture. Parce qu’on veut comprendre.

Dans ce roman, il y a très peu de dialogues et ça aussi, ça aurait pu me déranger, moi qui adore les passages comprenant des dialogues dans un récit. Ça permet de donner un certain souffle au récit. Ici, il y en a très peu, mais ça ne m’a pas dérangée pour autant. Car le style d’écriture de Leïla Slimani est fluide et très agréable à lire.

Et tout au long du livre on cherche à comprendre, pourquoi ce drame. Qu’est-ce qui a bien pu se passer pour en arriver là ? Alors on analyse chaque détails et on attend de voir où est-ce que ça dérape finalement. C’est aussi pour cette raison qu’on a du mal à le lâcher. Parce que ce qui est arrivé est triste et injuste. Et on veut savoir pourquoi elle a été jusque là…

En somme, c’est la première fois que je lis un Goncourt, et je ne le regrette absolument pas. Et même mieux, si vous ne l’avez pas encore fait, je vous conseille vivement de le lire, parce que ce livre là, n’est pas un livre comme les autres.

Publicités

4 commentaires sur « « Une chanson douce, que me chantait ma maman… » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s