« Ils s’embrassent au mois de janvier… »

Vous avez forcément entendu parler de ce livre que l’on voit partout en ce moment, Calendar Girl ? Une histoire chaque mois pendant un an, 12 villes différentes pour 12 hommes différents mais une seule jeune femme Mia, qui cherche à aider son père. Alors, ça vous dit bien quelque chose ?

En effet, il s’agit là du roman très en vogue en ce début d’année, publié chez Hugo Roman. Un livre dont beaucoup parle et que j’avais vu un peu partout, et pourtant, lorsque je l’ai pris en librairie, je ne savais absolument pas de quoi il parlait. En fait, je me suis fiée au fait qu’il était partout et que forcément, c’était quelque chose de bien. Voilà comment je me suis laissée tenter.

Il s’agit en fait d’un livre très court puisqu’il ne fait que 154 pages, ce qui est vraiment très peu pour un roman et ce qui peut être un peu déconcertant pour une grande lectrice comme moi. Parce qu’en si peu de pages, on a un peu de mal à s’attacher aux personnages. A peine a-t-on eu le temps de les connaître un minimum, qu’il faut déjà les abandonner, c’est assez frustrant.

Et pourtant, c’est tout à fait raccord avec le genre de lecture et l’histoire. En effet, Mia est une jeune fille comme les autres, qui décide du jour au lendemain de devenir escorte pour venir en aide à son père qui doit une énorme somme d’argent et se retrouve dans le coma à cause du prêteur sur gage. Pendant un an, Mia devra se soumettre aux désirs de ses clients. Un homme par mois, une ville nouvelle à chaque fois et une coquette somme à la clé.

Je ne l’avais pas vu auparavant, mais évidemment avec une telle histoire, il s’agit de romance érotique. Voilà pourquoi d’ailleurs j’ai choisi de l’illustrer avec mes calendriers des Dieux du Stade, parce que je trouvais que ça collait parfaitement à l’histoire des mois et au thème de la lecture. Une chose est sûre, ça reste assez bien écrit, c’est donc assez plaisant à lire. Même si, une nouvelle fois je le répète, c’est vraiment très court. Bien sûr, ce n’est qu’un mois, mais en un mois il peut s’en passer des choses, alors on reste vraiment frustrée d’en savoir si peu finalement. J’aurais aimé un peu plus de détails sur les personnages, leur émotion et leur ressenti. Mais forcément en seulement 154 pages, il faut se concentrer sur l’essentiel et aller au plus simple.

Malgré tout, ce format très court fait également que ça se lit très vite. Et évidemment, on a envie de savoir la suite. Mia va-t-elle réussir à sauver son père et à récupérer l’argent dont il a besoin ? Pour le savoir, il faudra certainement attendre décembre ! Comme tout le monde je pense, j’ai envie de connaitre la suite, mais j’ai un peu peur qu’en douze mois, ça devienne assez vite répétitif. Ou qu’au contraire, l’auteure tombe vite dans de gros clichés pour réussir à différencier ces douze hommes que va rencontrer Mia. Par conséquent, j’ai hâte de découvrir les choix d’Audrey Carlan afin de rythmer son histoire, sans que cela devienne lassant pour le lecteur.

Pour conclure, on peut donc dire que cette lecture est plaisante, cruellement sexy (et je ne dis pas ça simplement pour le personnage de Wes qui est absolument irrésistible, même si on a du mal à vraiment le connaître autrement que physiquement ) et très agréable à lire.

Et vous alors, vous connaissez ? Est-ce que ça vous tente ?

Publicités

6 commentaires sur « « Ils s’embrassent au mois de janvier… » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s