« Deux faces, celle que tu donnes, celle que tu caches… »

Il y a peu, je me suis plongée dans le roman d’Amy Harmon, Nos faces cachées sur les conseils d’une blogeuse. Il s’agit d’un roman auto-édité aux Etats-Unis qui a connu un fort succès et se retrouve publié dans la collection R des éditions Robert Laffont en France.

J’ai découvert ce livre au cours de mes visites sur les blogs. J’avais été attirée par la comparaison avec La Belle et la Bête, et connaissant mon amour pour ce dessin animé (qui est d’ailleurs mon préféré de Disney, comme je vous l’annonçais déjà dans cet article), j’étais obligée de me laisser tenter. Alors j’étais plutôt ravie lorsque je l’ai trouvé à la bibliothèque.

C’est l’histoire de Fern une jeune femme tout ce qu’il y a de plus banale, elle ne s’est jamais trouvée jolie, et encore moins populaire. Voilà certainement pourquoi elle n’attire aucun garçon et surtout pas Ambrose, le beau goss du lycée. Celui dont elle est amoureuse depuis des années. Ce jeune lutteur est absolument magnifique, il plaît aux filles, mais pas seulement. En bref, il est le fantasme de toutes les femmes, y compris de Fern. Sauf qu’il ne l’a jamais remarquée… Jusqu’au jour où sa beauté s’envole.

L’histoire est assez forte et s’étale sur plusieurs années, ce qui nous laisse le temps de connaître les personnages et de les voir évoluer. Si au début du roman, ils sont jeunes, encore insouciants et un peu naïfs, ça ne durera pas bien longtemps. Ils seront vite marqués par la vie, aussi bien moralement que physiquement.

En effet, bien qu’il n’est que 18 ans, Ambrose décide de s’engager pour l’armée. Comme de nombreux américains, il a été très touchés par les attentats survenus à New-York le 11 septembre 2001, d’autant plus que sa mère travaillait dans l’une des deux tours jumelles. Alors il a envie de s’engager, de faire quelque chose, de se battre et également d’aider son pays. Autrement qu’en luttant sur les tapis, comme il le fait d’ordinaire.

Fern, quant à elle, grandit elle aussi. Elle change, elle murit et surtout, elle devient de plus en plus jolie. Une véritable jeune femme, et le genre de femme qui plaît aux hommes. Et pourtant, malgré les années et l’éloignement, elle ne pense qu’à Ambrose, qui est parti si loin. J’ai beaucoup aimé leur relation, entre amitié, amour, timidité… Un doux mélange assez plaisant.

Et j’ai apprécié également le personnage de Bailey, le meilleur amie et cousin de Fern. C’est un personnage secondaire mais il a son rôle dans l’histoire et il apporte également un petit comique. Bien qu’il soit cloué dans un fauteuil roulant à cause d’une maladie, il est drôle, et n’hésite pas à faire des blagues et à rire de sa situation. Et c’est un trait de caractère que j’aime beaucoup, parce que ça symbolise une force, une rage de vivre, et une envie de se battre contre le destin. Voilà pourquoi j’ai particulièrement aimé ce personnage.

Le roman s’écoule sur plusieurs années, et les événements s’enchaînent, ce qui fait qu’on ne s’ennuie jamais. Parce qu’il se passe toujours quelque chose. Et pas seulement avec les personnages principaux, à savoir Fern et Ambrose, c’est ce qui m’a plu également. Tout le monde a son importance et son petit moment de gloire au sein de l’histoire. Personne n’est là au hasard.

Par conséquent, j’ai bien aimé cette histoire. Par contre, même s’il y a bien quelques similitudes, à savoir la jolie jeune fille un peu réservée et proche des livres qui tombe amoureuse du beau jeune homme dont la beauté s’est envolé, j’ai trouvé que cette histoire ne ressemblait en rien à celle de la Belle et la Bête. En réalité, en commençant ma lecture, je m’attendais un peu à retrouver quelque chose comme les chroniques lunaires par exemple qui reprenait réellement l’histoire des contes dont elles étaient inspirées (Cendrillon, Le petit Chaperon rouge, Raiponce et Blanche-Neige). Ici, ce n’était pas le cas. Malgré tout, ça reste une très jolie histoire avec une sympathique histoire d’amour et je ne regrette pas de l’avoir lu.

Et vous, alors vous connaissez ?

Publicités

3 commentaires sur « « Deux faces, celle que tu donnes, celle que tu caches… » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s