« Liberté… Ils ne rêvaient que de toi. »

Ce roman, je l’ai vu des centaines de fois sur la page Facebook des mordus de lecture que je suis régulièrement. Tout le monde en parlait comme LE livre qu’il fallait absolument lire. Pour beaucoup, c’était un coup de cœur, alors forcément, ça a fini par me donner envie. Et par un doux hasard, j’ai gagné ce roman grâce à un concours sur le blog d’Anthony, Les livres de K79. Je le remercie une nouvelle fois pour l’envoi de ce roman !

Je vous avoue qu’au départ, je n’aurais jamais pensé aimer ce roman. Ce n’était pas vraiment un livre pour moi, ni le genre de livre que j’apprécie et ni ce que je lis habituellement. C’est l’histoire d’un jeune homme, Hugo, qui flirte souvent avec l’illégalité, un petit voyou, pas méchant, qui pense seulement à s’amuser avec ses amis, et rêve juste de liberté. Et pour cela, ils forment un club sur leur moto pour parler à travers les routes, là où les mène leur moteur. Non, en effet, ce n’est pas vraiment ce qui me plaît habituellement. Et pourtant…

Bien souvent, le roman est écrit comme on parle. En effet, l’histoire est relatée par Hugo, qui raconte lui-même sa jeunesse, à sa façon. Page après page, on se prend au jeu. On veut toujours savoir ce qui se passera. Dans son récit, le jeune garçon fait certaines allusions à ce qui s’est passé après, au moment où il écrit. Alors oui, on veut savoir. On se laisse embarquer avec eux sur leurs motos pour suivre le fil de leur aventure.

L’univers de la moto justement et encore plus des voyous, des gangs, ce n’est pas vraiment ce que j’apprécie en général, mais c’est tellement bien écrit, tellement plaisant à lire qu’au final, c’est difficile de ne pas apprécier. Même si par moment, il y a des phrases qui font limite plus d’une page (heureusement qu’il y a des virgules pour reprendre son souffle). Et puis Hugo, ou plutôt Bohème comme ses amis l’appellent, il est attachant, alors lui aussi on finit par l’apprécier.

Et enfin, il y a la fin ! Et cette fin, je l’ai adorée autant que je l’ai détestée. Est-ce que vous croyez que c’est sain et normal d’avoir envie d’assassiner tous, ou la moitié des personnages d’un livre ? Parce que c’est un peu ce que j’ai ressenti dans les dernières pages. J’étais presque autant en colère que si j’avais moi-même fait partie du roman. Mais cette fin, c’est aussi ce qui m’a fait l’aimer davantage ce roman. Parce que c’était puissant, beau et touchant.

Bref, tout ce que je peux vous dire maintenant, c’est de lire ce livre, parce qu’ils avaient tous raison ceux qui disaient que ce livre était parfait.

 

Et n’oubliez pas, il vous reste encore une semaine pour participer au concours anniversaire du blog juste ici, pour gagner des lots surprises, qui ne pourront que vous faire plaisir.

(Un indice : Ce sera des livres ! )

Publicités

6 commentaires sur « « Liberté… Ils ne rêvaient que de toi. » »

  1. Très jolie photo avec ce joli pont . Ce n’est pas à priori un livre qui me tenterait , car la moto ne fait pas partie de mon univers , mais cette chronique m’intrigue et me rend curieuse 😜 Et cette fin , franchement  » parce que c’est puissant , beau et touchant  » eh ben ça donne envie de la découvrir , alors je crois que je vais me laisser tenter prochainement 😘

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s