« Les éclairs déchirent le ciel… quand vient la fin de l’été »

Si vous me suivez depuis un moment, vous devez savoir que bien souvent, c’est la couverture d’un livre qui me pousse à le lire. Ça s’est passé à de nombreuses reprises et c’est exactement ce qui s’est passé avec ce roman de Tamara McKinley. De suite, j’ai été attirée par ce roman grâce à sa jolie couverture.

Ca fait un moment que j’ai lu ce roman, et pourtant jusque là, je n’avais encore pas eu l’occasion de vous en parler. Je ne connaissais pas du tout cette auteure, même si j’en ai beaucoup entendu parler, alors quand j’ai trouvé ces romans, avec chacun des couvertures superbes, je n’ai pas pu résister. Entre envie de découvrir une nouvelle auteure et curiosité. Et tout ce que je peux dire c’est que je ne regrette pas.

Pourtant, l’histoire n’était pas vraiment de celles que j’aurais pu apprécier habituellement. D’ordinaire, je ne suis pas du tout attirée par les romans qui se passent il y a longtemps, je ne saurais pas l’expliquer, c’est juste que ce n’est pas trop mon style de lecture. Je préfère de loin les romans contemporains. Et pourtant, j’ai été totalement charmée par ce roman de Tamara McKinley qui écrit des romans historique. Je me suis dit pourquoi, et j’ai eu raison.

Contrairement à ce que j’aurais pu penser au départ, j’ai beaucoup aimé. L’histoire était celle de Miriam, une vieille dame qui revenait sur son passé, pour comprendre comment son père s’était fait volé son héritage. On alternait ainsi entre deux époques, 1880 d’abord, allant de la rencontre entre les parents de Miriam jusqu’à son enfance et ensuite dans les années 1930, alors que Miriam, devenu une vieille femme, cherchait à comprendre, auprès de sa famille comment son père avait perdu son héritage.

J’ai beaucoup l’alternance entre les deux époques, et plus particulièrement celles dans les années 1930, plus proche de nous, où l’auteure intégrait des petites histoires secondaires concernant les petites filles de l’héroïne notamment. Par ailleurs, je me suis bien attachée aux personnages qui m’ont beaucoup plus. J’ai aimé l’écriture de Tamara McKinley, que j’ai trouvé fluide et agréable malgré ces époques assez lointaine.

Cela ne fait pas de doutes que je me replongerai à nouveau dans un roman de cette auteure. Et vous, vous la connaissez ?

Publicités

Un commentaire sur « « Les éclairs déchirent le ciel… quand vient la fin de l’été » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s