« Au bal… y avait déjà des folles ! »

Je continue sur ma lancée en découvrant les romans de la Rentrée Littéraire, mais cette fois, on part du côté d’Albin Michel avec Le bal des folles de Victoria Mas. J’ai beaucoup entendu parler de ce livre et, notamment, par des gens qui n’aime pas particulièrement la Rentrée Littéraire, ce qui me donnait donc encore plus envie de le découvrir. Et pourtant, j’avais un peu peur…

Parce qu’il faut bien l’avouer la plupart des livres de la Rentrée Littéraire sont quand même assez pompeux et donc parfois, un peu difficiles à lire. Du moins pour moi, étant donné que ce n’est pas du tout ce que j’ai l’habitude de lire. Clairement, ce n’est pas ce qui me plaît quand je me plonge dans un roman. De plus, Le bal des folles se déroule dans les années 1890… Et je n’aime pas beaucoup les livres historiques donc ça faisait beaucoup d’éléments contre pour me plonger dedans… Et pourtant l’envie a été la plus forte.

Ce livre est le premier de Victoria Mas et on peut dire qu’elle frappe un grand coup ! L’auteure nous parle des femmes enfermées à la Salpêtrière dans les années 1880 livrées aux mains du professeur Charcot. J’avoue que je ne connaissais pas du tout toutes ces pratiques utilisées, ni même l’univers de la Salpêtrière de ce temps-là, mais je m’y suis retrouvée totalement plongée. Par moment, j’avais presque l’impression d’y être. Contrairement à ce que j’avais pu penser, le récit est très fluide et surtout très prenant. C’était bien loin d’être pompeux comme j’en avais peur.

La femme est réellement au cœur de ce roman puisqu’on nous dresse un joli portrait de plusieurs aliénées, qui sont bien souvent loin d’être aussi folle qu’on le laisse croire. J’ai beaucoup aimé Eugénie, à laquelle je me suis attachée au cours du récit. Cette jeune femme a eu ma préférence, mais toutes, elles m’ont touchée. Ce qu’on leur fait vivre est absolument horrible. Les pratiques utilisées pour les « soigner » sont vraiment atroces… Et l’auteure nous relate ça avec brio. Un flot d’émotions m’a envahi durant ma lecture : de la colère, de la tristesse et de la peine aussi…

Je l’avoue, ce récit a frôlé le coup de cœur de très près. J’aurais aimé que ce soit peut-être un peu plus long et qu’on en sache plus, notamment sur la fin. Quoi qu’il en soit, pour l’instant, ce livre est le roman de la rentrée littéraire que j’ai préféré !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s