« Lui, un ami, qui serait comme un frère… »

Olivier Gay, un nom que je ne connaissais pas mais que j’avais eu l’occasion d’apercevoir sur le groupe Facebook des « mordus » de lecture où de nombreux passionnés partagent leurs derniers coups de cœur, leurs déceptions ou tout ce qui peut avoir trait de près ou de loin avec les livres. Et c’est sur le groupe que j’ai découvert l’un des romans de cet auteur, Faux frère, vrai secret.

C’est avant tout la couverture qui m’avait attirée parce que je la trouve vraiment jolie, et mystérieuse. Je m’étais alors penchée sur les différents commentaires, et contrairement à ce que j’aurais pu penser, ces derniers n’étaient pas aussi positifs que cela. Au contraire même, beaucoup disait avoir été déçus par le roman qu’ils jugeaient peu ancré dans la réalité. Comme j’ai un peu un esprit de contradiction, ces commentaires m’ont donné encore plus envie de découvrir ce livre. Alors quand j’ai vu qu’Olivier Gay serait au salon du livre de Lire à Limoges (dont je vous parlais dans cet article), je me suis dit que c’était l’occasion idéale pour découvrir le roman qui me tentait depuis un moment.

L’histoire est celle de Léa, une collégienne banale qui se voit contrainte d’accueillir dans sa vie et dans son collège un nouvel individu, Mike. Il s’agit du filleul de son père qui vient de perdre ses parents dans un accident de voiture d’où le fait qu’il débarque comme ça dans la famille de Léa, alors qu’il vient tout droit d’Australie, et qu’elle n’en a jamais entendu parler jusque-là. Une sorte de ‘nouveau frère’ tombé du ciel. Si au départ, elle accepte la situation sans trop rechigner, la jeune fille est bien vite agacée par le comportement de Mike qui, de plus en plus bizarre, vient perturber sa tranquillité, notamment au collège., où il ne se comporte pas du tout comme les autres élèves, comme le voudrait Maxime, le petit voyou de la classe qui s’amuse à jouer les chefs.

J’avoue qu’au départ, je ne pouvais m’empêcher de repenser à ces commentaires que j’avais lus sur le fait que tout n’était pas réel. Et j’avais de plus en plus de mal à les oublier au fur et à mesure que Mike devenait étrange dans le roman. Et puis petit à petit, les événements se sont enchaînés, l’histoire s’est accélérée et j’ai oublié les commentaires négatifs, notamment lors de la scène du hangar , clos du spectacle, que j’ai beaucoup aimée. Comme quoi, encore une fois, j’ai la confirmation qu’il ne faut jamais écouter les autres et toujours se faire son propre avis.

J’ai néanmoins compris ce qu’ils pensaient en disant que tout n’était pas réel, c’est vrai que ça ne l’est pas toujours, mais pour ma part, j’ai été plutôt conquise au moment de la résolution de l’histoire. Avec tout ce que j’avais pu lire, je m’attendais à tellement pire que j’ai été agréablement surprise et satisfaite du choix de l’auteur. Même si je reconnais que ça ne peut pas plaire à tout le monde, comme on dit, il en faut pour tous les goûts.

Lors de ma lecture, j’ai repensé à la dédicace d’Olivier Gay qui me disait qu’il fallait toujours se méfier des gentils garçons. Ça m’avait intriguée sur le moment et finalement après avoir lu le roman on se rend compte qu’il a parfaitement raison. Il faut toujours se méfier des garçons trop parfaits. Et pour tous les garçons qui passeraient par là, ne vous inquiétez pas, je suis certaine que l’on pourrait dire la même chose des filles.

Alors, certes tout n’est pas forcément réel dans cette histoire, mais c’est un roman très sympathique avec lequel on passe un bon moment. Et finalement, est-ce que ce n’est pas ça que l’on demande à un livre ?

Publicités

Un commentaire sur « « Lui, un ami, qui serait comme un frère… » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s